Témoignage de Philippe CARDONRéseau des Anciens > Témoignages Anciens / Témoignage de Philippe CARDON 

  Témoignages : Philippe CARDON (Promo CSAE 2009)
Octobre 2011

 Peux tu nous présenter ton parcours ?
J’ai commencé par un BTS Management des Unités Commerciales, par alternance, dans un centre de formation autre que l’ESCCOT. La première année je l’ai réalisé dans un Call Center comme conseiller clientèle au service résiliation 9 Telecom, la seconde année dans une petite société d’informatique comme chargé de communication et marketing (l’objectif étant de développer l’activité commerciale d’une nouvelle implantation).

Après cela j’ai souhaité créer ma propre affaire, ayant découvert une franchise novatrice je me suis lancé dans la création d’entreprise. Cette expérience fut très riche mais n’a pu aboutir pour des raisons conjoncturelles liées au tissu local (entreprise d’insertion).

J’ai alors décidé de reprendre mes études, toujours par alternance, à l’ESCCOT. J’ai ainsi suivi la formation CSA et intégré la Direction Infrastructure de la SNCF durant 2 ans comme animateur régional de projets transverses. J’ai ainsi piloté des projets managériaux de A à Z (diagnostic de l’existant, construction de l’organisation managériale, définition des rôles et responsabilités, déploiement, communication et sensibilisation, pilotage et suivi des objectifs). Ces missions m’ont permises de travailler directement avec les Directeurs et cadres supérieurs et d’être force de proposition auprès d’eux.

Le CSA est à mon sens une bonne formation généraliste permettant d’avoir une vision globale de la gestion d’une entreprise, mais elle nécessite d’y ajouter une spécialité pour pénétrer le marché de l’emploi. J’ai alors intégré l’IAE de Tours pour suivre un Master 2 en management de la qualité et des projets, l’objectif étant d’intégrer des postes stratégiques des entreprises avec un profil d’ingénieur en organisation. J’ai réalisé mon stage de 6 mois (après 5 mois de cours) à l’EFS Bretagne comme chargé de projet QSE (Qualité-Sécurité-Environnement).

Je suis aujourd’hui en recherche d’emploi, notamment dans les cabinets de conseil ainsi que dans les grandes entreprises comme consultant en management des organisations.
 
Peux-tu nous présenter ta formation ?
Le Master 2 que j’ai suivi à l’IAE de Tours m’a permis de me spécialiser en management par la qualité et en management par projets. Ces deux démarches aujourd’hui complémentaires et indissociables, sont de plus en plus présentes dans les postes de management des organisations. Ils sont à mon sens les futurs modes de pilotage des entreprises.

Cette formation, dont le corps professoral est constitué à 50% d’Universitaires et 50% de consultants extérieurs, fut riche et m’a apporté une approche pédagogique différente de l’ESCCOT. Personnellement je préfère l’approche professionnelle des centres de formation par alternance, plus concrète et opérationnelle, mais cela me sera aussi utile d’avoir cette approche théorique et conceptuelle que m’a apporté l’IAE.

Cette formation m’a permise de me spécialiser dans un domaine qui me correspond et qui sera pour moi une porte d’entrée dans les entreprises, même si je l’accompagne toujours de mon diplôme de l’ESCCOT qui offre une complémentarité nécessaire à mon métier : la pluridisciplinarité.


Qu'est-ce que t'a apporté l'alternance ?
Le goût d’apprendre et une vraie valeur ajoutée : l’expérience !

J’étais mauvais élève au lycée car je n’avais aucune motivation. Je pense que la pédagogie de l’éducation nationale n’a pas su me séduire et m’intéresser. Mais souhaitant au minimum un Bac+2, j’ai intégré un centre de formation par alternance, d’une part pour gagner mon indépendance, d’autre part pour découvrir une approche différente.

J’ai trouvé dans l’alternance un véritable intérêt de part :
-    l’approche professionnelle et concrète des intervenants (c’est le pragmatisme qui me manquait au lycée)
-    la possibilité d’appliquer nos connaissances dans le monde professionnel
-    la dynamique de l’apprentissage (la routine n’a pas le temps de faire sa place dans un rythme alterné)

L’alternance m’a aussi beaucoup apporté en termes de maturité et de conscience professionnelle, maturité qui s’est fortement fait ressentir à l’IAE parmi les étudiants issus de cursus initiales.

Aujourd’hui l’alternance est ma valeur ajoutée dans mes recherches d’emploi, c’est grâce à cela que je ne suis pas un jeune diplômé « sorti de l’œuf ». J’ai 4 ans d’expérience professionnelle à vendre et cela intéresse beaucoup les recruteurs. Cela peut encore se témoigner à l’IAE dans ma recherche de stage, plus aisée et plus intéressante que pour les autres étudiants.


 Quels conseils donnerais tu aux personnes qui souhaitent faire de l’alternance ?
Foncez !

Aujourd’hui il n’y a personne à qui je ne conseille pas de suivre une formation en alternance, quel que soit le domaine. C’est à mon avis
-    le meilleur moyen d’apprendre un métier qui nous correspond,
-    un excellent moyen de s’intéresser à nos études (de part son approche et sa dynamique) et donc de les réussir,
-    une solution financièrement intéressante qui permet à tous d’accéder à la formation,
-    une valeur ajoutée indéniable qui fait la différence sur un CV.

J’entends souvent dire qu’en alternance il faut travailler plus qu’en initial car on mène 2 projets simultanément et que la formation est plus condensée étant sur un temps plus court.
Je dirai au contraire que cette dynamique est stimulante et permet de vivre pleinement la formation et non de la subir à force de lassitude (que l’on peut vite ressentir en initial). Cette motivation est un réel facteur clé de réussite de nos études, de réjouissance et donc d’épanouissement.
Oui, on travail 40 heures par semaine, voire plus... N’est-ce pas une bonne préparation aux postes de cadres, d’ingénieurs ou de commerciaux auxquels on se destine qui en demanderont 45 voir 50 ?

 Quels sont tes conseils pour une bonne recherche d'entreprise ?
Aujourd’hui les moyens de recherche sont multiples et les codes changent, il est important de se les approprier pour décrocher un job :
-    développer son propre réseau (de plus en plus de postes sont obtenus par cooptation et relations professionnelles),
-    utiliser les réseaux sociaux (Viadeo, LinkedIn) et maximiser sa visibilité (pour les chasseurs de tête mais aussi les recruteurs qui utilisent ces canaux pour en savoir plus avant un entretien),
-    adapter son offre à chaque candidature (en fonction du poste et des qualités recherchées, y compris le CV),
-    mettre en avant les termes clés attendus par les recruteurs (de plus en plus de grandes entreprises font une présélection de CV par mots-clés).

Il est très important de bien préparer son argumentaire, il doit être fluide et cohérent et doit permettre de répondre à toutes les questions d’un recruteur de façon instinctive et efficace. Je ne conseil pas de candidater massivement mais plutôt de répondre précisément à des offres ciblées.

Mon conseil vaut ce qu’il vaut, mais je pense qu’il est très intéressant de rédiger un projet professionnel, qui doit être complet sur son parcours professionnel, sa formation, ses qualités, ses compétences, car cela permet de faire un point sur soi-même (pas aussi évident qu’on le pense). Puis d’indiquer ses ambitions professionnelles et comment on souhaite s’y prendre pour y arriver, et pour cela il faut se documenter sur le marché. Ce projet professionnel est la source d’un argumentaire cohérent.

A bientôt.
     

Ecole de Commerce en alternance à Rennes du BTS au Bac +4
Groupe ESCCOT - 29 avenue des Peupliers 35510 CESSON SEVIGNE - Tél. : 02 99 83 44 83 - Fax : 02 99 83 80 27

Site réalisé par pixis.net